Résultats du 1er semestre 2018

Une croissance organique du chiffre d’affaires de 2,3% mais qui, affecté par des effets de change négatifs, baisse de 2,4 % - Un résultat opérationnel impacté par la poursuite de la hausse des prix des matières premières qui n’a pas pu être répercutée sur les prix de vente, en particulier en Europe

Au cours de sa séance du 26 juillet 2018, le Conseil d’administration a arrêté les comptes consolidés semestriels résumés au 30 juin 2018 et le rapport d’audit des commissaires aux comptes a été émis sans réserves.

 

Chiffres clés
Les montants sont exprimés en millions d’euros et arrondis au million le plus proche. Les ratios et écarts sont calculés à partir des montants sous- jacents et non à partir des montants arrondis.

Au premier semestre 2018, le Groupe affiche une baisse de 2,4 % de son chiffre d’affaires lié à un fort impact de l’effet de change qui représente – 4,7 % ou 78 millions d’euros de cette évolution. En l’absence de modification du périmètre durant le semestre, la croissance organique du chiffre d’affaires s’inscrit à + 2,3 % ou 39 millions d’euros pour le premier semestre 2018.

Après un premier trimestre marqué par une croissance organique du chiffre d’affaires de + 4,8 % et une activité soutenue, l’activité fromagère a ralenti au deuxième trimestre dans la plupart des marchés. De leur côté, les autres activités (produits laitiers hors fromages, et fruits) ont enregistré de meilleurs niveaux d’activité au deuxième trimestre, en particulier aux Etats-Unis.

Les chiffres d’affaires du deuxième trimestre et de l’ensemble du premier semestre ont évolué comme suit :

A taux de change comparables, le chiffre d’affaires du premier semestre 2018 des marchés européens est en léger retrait de – 0,3 % par rapport au premier semestre de 2017. Alors que le niveau d’activité est stable sur ces marchés, les hausses de prix de vente nets ont été insuffisantes et ne reflètent pas la revalorisation des prix des matières premières. La marge opérationnelle des marchés de la zone, à 49,6 millions d’euros, recule de 40,0 % par rapport à la même période de 2017.

Les marchés de la zone Moyen-Orient, Grande Afrique ont continué de se développer au premier semestre 2018, avec une offre mieux adaptée au pouvoir d’achat des consommateurs. Le chiffre d’affaires de la zone affiche une croissance organique de 5,7% sur le semestre. Le chiffre d’affaires et les résultats de cette zone ont été négativement impactés par les effets de change de la plupart des devises, et le résultat opérationnel est en recul de 53,9 % par rapport au premier semestre 2017.

Le développement des volumes vendus a été dynamique sur la plupart des marchés de la zone Amériques, Asie-Pacifique et le chiffre d’affaires de la zone affiche une croissance organique de + 5,2 % sur le semestre par rapport à celui du premier semestre de 2017. Le résultat opérationnel s’établit pour cette zone et pour le semestre à 23,1 millions d’euros, en hausse de 50,3 % par rapport à celui enregistré au 30 juin 2017.

Au total, le résultat opérationnel du Groupe au 30 juin 2018 baisse de 33,1 % par rapport à celui du premier semestre 2017. La marge opérationnelle est principalement affectée par les impacts de la hausse des prix des matières premières qui n’a pas toujours pu être répercutée dans les prix de vente, en particulier en Europe, et par des effets de change négatifs, en particulier sur le dollar US dans certains marchés de la zone Moyen-Orient Grande Afrique.

Après prise en compte du résultat financier et des charges d’impôt, le résultat net du premier semestre s’élève à 53 millions d’euros pour la part Groupe, contre 84 millions d’euros au 30 juin 2017.

La situation financière du Groupe reste solide, avec une dette nette avant application de la norme IFRS 16 (*) de 632 millions d’euros au 30 juin 2018, contre 631 millions d’euros au 31 décembre 2017, et des capitaux propres de 1 732 millions d’euros, contre 1 714 millions d’euros au 31 décembre 2017.

Perspectives 2018
Dans un environnement commercial mondial tendu et un contexte monétaire extrêmement volatil, la gestion des opérations demeure complexe.

Les matières premières se maintiendront à des niveaux de prix élevés au moins jusqu’à la fin de l’année 2018. Le Groupe rappelle en outre qu’il a signé en France un accord avec l’Association des Producteurs de lait de Bel Ouest, qui revalorise le prix moyen de référence d’achat du lait à 350 euros les 1000 litres pour 2018, marquant son engagement dans le renforcement d’une filière laitière durable.

Dans le même temps, les alliances conclues entre les grandes enseignes de la distribution en Europe ont impacté la capacité de Bel à augmenter ses prix de vente, ce qui a pesé sur ses marges.

L’enrichissement du portefeuille des produits à travers les innovations reste une priorité afin de proposer une offre toujours en accord avec les attentes des consommateurs. Le Groupe confirme sa confiance dans ses perspectives de croissance dans le segment du snacking sain grâce à la force de ses marques. Il poursuivra ses efforts de productivité industrielle et de gestion attentive de ses ressources afin d’assurer le financement de cette nouvelle orientation.

Evolutions de la gouvernance de Fromageries Bel
Le Conseil d’administration du 26 juillet 2018 a pris acte :

  • de la nomination de Monsieur Bruno Schoch comme représentant permanent d’Unibel au sein du Conseil d’administration ; Monsieur Bruno Schoch devenant Président du Directoire d’Unibel, holding animatrice du Groupe Bel a mis fin à ses fonctions de Directeur général délégué des Fromageries Bel
  • de la démission de Monsieur James Lightburn de son mandat d’administrateur et de ses fonctions au sein du Comité d’audit et du Comité des nominations et rémunérations et a coopté en remplacement Monsieur Florian Sauvin, actionnaire familial membre du Directoire d’Unibel, qui occupait jusqu’alors les fonctions de représentant permanent d’Unibel.
  • de la désignation par le Comité central d’entreprise de Monsieur Philippe Perche en qualité d’administrateur représentant les salariés, au terme du mandat de  Monsieur Antonio Maria, le 21 juin 2018 pour une durée de 4 ans.

(*) Le Groupe applique par anticipation au 1er janvier 2018 la norme IFRS 16 « contrats de location » qui conduit à l’enregistrement au passif du bilan d’une dette financière de droits d’usage associée à ces contrats.

 

Définition des indicateurs financiers chez Bel :

Le Groupe utilise en interne et dans sa communication externe des indicateurs financiers non définis par les normes IFRS. La définition des indicateurs non définis par les normes IFRS est détaillée ci-après :

 La croissance organique correspond à la croissance observée du chiffre d’affaires à l’exclusion des effets de change et de périmètre (c’est-à-dire à taux de change et périmètre constants).
Le taux de croissance organique est calculé en rapportant le chiffre d’affaires de la période A aux taux de change de la période A-1.
La marge opérationnelle correspond au résultat opérationnel.
La dette financière nette est définie dans la note 5.5 de l’Annexe aux comptes consolidés ; elle est constituée des dettes financières à long et court termes, des passifs de location financement à long et à court termes et des concours bancaires courants diminués de la trésorerie et des équivalents de trésorerie.

Ce communiqué peut contenir des informations de nature prévisionnelle. Ces informations constituent soit des tendances, soit des objectifs, et ne sauraient être regardées comme des prévisions de résultat ou de tout autre indicateur de performance. Ces informations sont soumises par nature à des risques et incertitudes, qui peuvent dans certains cas être hors de contrôle de la Société. Une description plus détaillée de ces risques et incertitudes figure dans le Document de référence de la Société, disponible sur son site internet (www.groupe-bel.com). Des informations plus complètes sur le groupe Bel peuvent être obtenues sur son site internet (www.groupe-bel.com), rubrique « Information réglementée ».